Compte rendu d’une réunion sur la mobilité à Paris 14eme

Lors des primaires écologistes organisées à Paris, primaires qui ont abouti à l’élection ce samedi 8 juin de Christophe Najodvski, nous avons assisté à une conférence sur l’un des problèmes majeurs de la ville de Paris, les transports, thématique que nous écologistes appelons « mobilité ». Cette thématique nous est chère, nous autres montrougiens, car Montrouge  a beaucoup de caractéristiques communes avec Paris sur ce sujet. Et les politiques appliquées sont différentes dans la mesure où le « tout voiture » demeure la ligne conduite de la municipalité à Montrouge. A nos yeux, Montrouge a pris du retard dans sa politique d’aménagement de la voierie, de plan de déplacement, d’urbanisme et de cadre de vie.

Christophe Najodvski prend en premier la parole et rappelle le bilan des élus verts à la mairie de Paris. Le vélib est une iniative du premier mandat, avec Denis Baupin en porte étendard. Les zones 30 généralisées dans les quartiers calmes aussi. Néanmoins, il reste beaucoup à faire, car les pics de pollutions sont fréquents à Paris et les transports sont saturés. Christophe parle du concept de ville apaisée, ville lente, d’équilibre entre Paris et la banlieue en termes de transports, car il est évident qu’une offre de transport au sein de la banlieue francilienne qui serait renouvelée permettrait de désengorger la capitale.

Vient ensuite Ludovic Bu, spécialiste de la mobilité, que nous avions déjà invité à Montrouge l’année dernière lors de notre café- débat sur le vélo. Ludovic commence par dire qu’un tiers des franciliens ne vont jamais à Paris, et qu’un autre tiers n’y va qu’une fois par mois, ce qui fait qu’après les comptes, parler de mobilité francilienne d’un point de vue strictement parisien n’a aucun sens. L’offre de transport doit se décentraliser, afin de permettre à chacun de se déplacer. Le réseau inter-banlieue est à privilégier. C’est ce qui est mis en place avec la ligne 15 Sud, qui arrivera bientôt à Montrouge.

Ludovic continue sur la place de la voiture à Paris. Il souligne que 30% des franciliens et 55% des parisiens n’ont pas de voitures, et que dans les arrondissements centraux, ce pourcentage monte à 80%. Or il constate ( et nous aussi ) que la place de la voiture est prépondérante dans la rue. Est ce juste? N’y a t’il pas un rééquilibrage à effectuer? Rien ne justifie que la rue ne soit pas adaptée à tous les modes de transports. Il faut repenser l’aménagement de la voirie pour que chaque francilien ait le choix de son mode de déplacement.

Un autre aspect abordé est le stationnement automobile. Actuellement, celui ci est subventionné pour les résidents de Paris. Sur ce point également, aucune raison valable, autre qu’électorale, n’explique que l’argent des parisiens subventionne une telle démarche. La logique du stationnement à Paris est à revoir, afin de rendre compétitives les centaines de milliers ( oui vous lisez bien ) de places de parkings privées disponibles dans les bureaux et dans les habitations de la capitale. Une mesure récente visant à libéraliser le prix du PV de stationnement va dans ce sens.

Ensuite, vient le tour de l’association suisse Rue de l’avenir. Cette association s’intéresse à la problématique de la marche à pied.
L’intervenante explique que la ville à 30 km/h est déjà très présente dans beaucoup de cantons en Suisse. Elle récolte des signatures pour un référendum européen sur la ville à 30 km dont voici le lien : http://fr.30kmh.eu/.

Par ailleurs « Rue de l’avenir » nous fait part d’un concours artistique qui a permis à Mexico d’installer à travers la ville des bancs publics colorés et esthétiques pour profiter pleinement des espaces de vie urbains.  Cette idée pourrait être retenue pour la ville de Montrouge dans le cadre du salon d’art contemporain.

Pour finir, L’association genre et ville propose une approche sociologique des lieux de vies dans la rue. On se rend compte que les bancs publics ne sont pas perçus de la même manière selon les genres. La réappropriation de l’espace local doit prendre en compte les différentes sensibilités. Cette association est active lors du parking day.

Voilà un bref apercu de cette réunion passionnante. J’espère que cela vous aura fait réfléchir sur le concept de mobilité en milieu urbain. Pour finir, Christophe Najodvski propose 3 mesures pour améliorer la mobilité à Paris et en ile de France. Vous pouvez les découvrir ici.

Quand à nous, nous restons mobilisés pour améliorer durablement la mobilité locale à Montrouge.

A bientôt!

 

 

 

 

 

Remonter