Le bruit à Montrouge

Le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement de notre ville a été publié le 6 septembre dernier (disponible ici). Il est à disposition du public à la mairie ou sur son site internet afin que chaque citoyen(ne) puisse faire ses remarques avant le 9 novembre.

EELV Montrouge a étudié avec attention ce Plan de Prévention du Bruit. Voici quelques points qui nous semblent importants à souligner.

Tout d’abord, le résultat des mesures de bruit est assez éloquent : Montrouge est une ville bruyante, principalement à cause du trafic routier : 40% des Montrougiens, 22 établissements d’éducation et 5 établissements de santé sont exposés à un seuil de bruit supérieur à la limite légale.

Même les squares, dont notre maire se vante, ne sont pas épargnés : presque un square sur 2 est en zone bruyante.

Les principales zones exposées sont des voies départementales, non gérées par la commune. Celle-ci prévoit donc de demander la gestion de ces routes pour régler le problème, mais aucune action n’est explicitée ensuite. Nous rappelons à Mr le Maire que reprendre la gestion de ces rues ne suffit pas à résoudre le problème, il faut agir concrètement ensuite. Nous voulons aussi lui rappeler qu’il est actuellement responsable de la voirie au conseil général et qu’il pourrait donc déjà agir. Nous pouvons donc légitimement nous demander ce qu’il fera de plus lorsque ces routes seront redevenues dans le giron communal.

Nous pouvons aussi nous étonner que la rue Henri Ginoux, la rue Périer et l’avenue Léon Gambetta ne soient pas listées dans les routes à traiter alors qu’elles sont aussi exposées au bruit à un niveau trop élevé.

Pour finir, les actions prévues pour lutter contre le bruit semblent bien minces : pour beaucoup de zones trop exposées au bruit , aucune solution n’est apportée. En particulier, très peu d’actions sont prévues pour réduire le bruit dans les établissements accueillant des enfants. De nombreux points restent « A traiter » dans ce projet.

Pourtant, le cabinet Soldata liste les solutions pour limiter le bruit du au trafic routier. Et la solution plus efficace (et la moins chère) pour une diminution du bruit est la limitation de la vitesse à 30km/h, ce qui n’est pas envisagée par la mairie dans le Plan de Prévention du Bruit. En effet, notre cher maire a supprimé toutes les zones 30 de Montrouge. Il ne souhaite sans doute pas revenir en arrière quelques années plus tard, bien que cela permettrait de réduire l’exposition au bruit de nombreux(ses) Montrougien(ne)s.

Et pourtant, réduire la vitesse de circulation dans certaines zones de Montrouge aurait beaucoup d’avantages en plus de la réduction du bruit comme une meilleure cohabitation entre les voitures, les piétons et les cyclistes ou une sécurité accrue pour les enfants et les personnes à mobilité réduite.

Si comme nous, vous n’êtes pas satisfaits de ce Plan Prévention du Bruit dans l’Environnement qui ne s’attaque pas vraiment au problème du bruit pourtant réel pour de nombreux(ses) Montrougien(ne)s, faites vos remarques directement à la mairie ou par mail sur le site de la mairie. Ensemble, demandons de réelles actions pour lutter contre le bruit à Montrouge !!

 

Un commentaire pour “Le bruit à Montrouge”

  1. Je suis d’accord avec ce qui est dit dans cet article.
    J’ai signalé par mail à la mairie que le survol de Montrouge par des hélicoptères volant à basse altitude (altitude, dont on peut se demander si elle est réglementaire) engendre un bruit très gênant pour les habitants de Montrouge proche du périphérique. Cela est à peine évoqué au début du document de la mairie et on n’en parle plus ensuite.
    Cordialement, DLB

Remonter